Itrafik logo

Tout savoir sur les assurances multimedias

Qu’est-ce qu’on entend par le terme de multimédia de nos jours ? Tout d’abord, un dictionnaire nous informe qu’il s’agit de tout ce qui concerne l’utilisation de produits et de techniques de l’information qui font appel à des supports tels que le texte, le son, les images animées ainsi que celles qui sont fixes. Cette définition est assez large pour englober bien des machines qui nous servent quotidiennement : la télévision, les ordinateurs portables ou fixe, les smartphones, ainsi que les tablettes et autres montres connectées. La plupart sont de véritables concentrés de haute technologie, grâce notamment aux efforts de miniaturisation et d’augmentation des performances globales à l’utilisation qui ont été réalisées ces dernières années.

Cela a certainement commencé par la télévision et les ordinateurs lors du passage à ce siècle, où l’on a vu les premières versions des écrans plats et l’arrivée de la haute définition des images et du son. Cela s’est ensuite rapidement accéléré jusqu’à nous, avec particulièrement la révolution qu’ont représenté les smartphones. Presque toutes ces machines partagent néanmoins un défaut qui n’est pas près d’être supprimé à l’avenir. Il s’agit de leur fragilité, qui expose quasiment tous les supports multimédias à divers sinistres qui peuvent les endommager définitivement ou partiellement (panne liée au matériel ou au logiciel, écran brisé à un endroit…) ou être perdus (ou utilisés frauduleusement) en cas de vol.

Dans cet article, nous allons faire le point sur tout ce qu’il faut savoir afin de protéger au maximum son matériel multimédias dans le but d’augmenter leur durée de vie, mais aussi de faire le point au niveau des assurances. En effet, il est essentiel d’assurer de tels objets à la fois onéreux et indispensables, comme c’est le cas pour une automobile.

 

Le premier réflexe : prendre une bonne assurance

C’est en faisant nos recherches pour réaliser cet article que nous avons pris conscience de l’importance de s’assurer. Comme beaucoup de personnes, pour prendre le cas du smartphone, nous estimions qu’il était suffisant d’opter pour des accessoires de protection pour assurer une belle vie à notre téléphone portable. Afin de pousser plus loin nos investigations, nous sommes entrés en contact avec Celside Insurance, une entreprise qui assure globalement ce qui est multimédias.

Cette société reconnue pour la qualité de ses services nous a donné de multiples exemples dans lesquels avoir une assurance celside pour son smartphone était un réflexe salvateur sur bien des points. Nous en donnons deux parmi les plus communes, afin de se rendre compte que tous les accessoires du monde ne suffiront pas (à l’heure actuelle) à protéger notre précieux matériel à cent pour cent :

  • Même si un fabricant de téléphone portable annonce que son dernier modèle onéreux (disons plus de mille euros) est résistant à l’eau, ce n’est jamais réellement le cas selon la situation. Sans le brancher bien entendu au secteur (sécurité avant tout) il est monnaie courante de constater que bien des gens utilisent leur smartphone pendant qu’ils prennent leur bain. Le laisser échapper des mains et le voir plonger directement dans le liquide dans lequel on se baigne est plus fréquent qu’on pourrait le penser. Le temps de s’en rendre compte, d’agir et de le récupérer, en quelques secondes l’eau peut s’infiltrer à l’intérieur du téléphone. Même si on le trempe ensuite dans du riz sec pour faire disparaître l’humidité, il y a de fortes chances d’en avoir de la résiduelle. Il se forme alors un phénomène d’oxydation, qui peut endommager les composants électroniques et ainsi au mieux altérer l’expérience utilisateur ou pire encore, l’éteindre pour de bon et le rendre inutilisable.
  • Comment ne pas rater dans la vie de tous les jours le nombre d’écrans en partie brisés et pourtant toujours utilisés par leurs propriétaires ? Bien qu’il semble pouvoir être possible de toujours lire en grande partie les informations à l’écran, l’expérience utilisateur en est fortement affectée et il est très désagréable de regarder une vidéo ou consulter ses mails dans une pareille situation. Chacun fait ses choix, mais c’est sans compter qu’un écran brisé signifie souvent qu’il est tombé au sol, notamment sur une surface dure comme du carrelage. Une situation qui peut arriver à tout moment, quasiment n’importe où. Il faut savoir que cela ne peut pas forcément en rester là, car il est possible que la situation se dégrade encore avec les fissures qui vont grandir jusqu’à rendre totalement inutilisable le téléphone. 
  • Malheureusement, les cas de vol à l’arrachée sont toujours aussi présents particulièrement dans certaines villes touristiques. Véritable traumatisme lié à une agression, on voit son précieux smartphone entre les mains d’une personne peut-être mal intentionnée. En général, il s’agit pour les voleurs de revendre le fruit de leur larcin, mais finalement peu importe, nous avons perdu notre bien et toutes les informations qui y étaient. Rien n’aurait pu empêcher cette situation, du moins aucun accessoire. Tout ce qu’on peut faire, c’est empêcher à distance l’accès à nos informations.

Nous pourrions donner bien d’autres exemples comme nous l’ont raconté Celside Insurance, mais ce qu’il faut retenir c’est qu’un assureur est proche des expériences vécues par ses clients. C’est pourquoi une société d’assurance comme celle qui a bien voulu nous répondre sait présenter des contrats qui sont adaptés aux situations les plus fréquentes, comme les sinistres qui nous avons évoqué dans les précédents paragraphes. L’aspect conseil est important, tout autant que de permettre de fournir à son assureur les preuves nécessaires pour faire fonctionner l’assurance à laquelle on a souscrit. Celside Insurance conseille en tout cas de prendre les garanties les plus communes a minima, c’est-à-dire l’oxydation, la casse et le vol. 

Pour conclure sur le sujet, une assurance multimédias, que ce soit pour un téléphone portable ou une tablette par exemple, est à prendre dès l’achat. Il faut aussi être vigilant sur la durée du contrat, il serait dommage de prendre une formule bien trop courte et d’avoir un sinistre non couvert.

 

Le deuxième réflexe : utiliser dans de bonnes conditions

Une fois une assurance multimédias acquise pour chacun de ses appareils (ou encore une formule unique qui en comprend plusieurs) il semble important de rappeler quelques conseils quant aux soins à apporter pour augmenter leur durée de vie. Tout d’abord, il nous parait important de mettre l’accent sur la notion de veille. Lors d’une non-utilisation pendant toute une nuit, il est essentiel d’éteindre complètement certains appareils qui peuvent l’être sans porter préjudice à certaines de leurs fonctionnalités. C’est le cas notamment de la télévision, ou encore d’une tablette. Cela permet en outre d’économiser du courant, sachant qu’on peut avoir des réductions conséquentes de facture si l’on éteint tous les appareils en veille lorsqu’il le faut, jusqu’à dix pour cent de coûts en moins.

Ensuite, pour aller vers des cas plus spécifiques, il s’agit de toujours utiliser (si possible) le câblage d’alimentation d’origine ou du moins de la même marque et prévu pour le même modèle. Il peut effectivement arriver d’avoir un câble cassé au niveau de la fiche, ou encore d’avoir un chargeur qui accuse l’âge et qui ne charge plus. On peut trouver dans le commerce en ligne de tels accessoires, mais de qualité assez aléatoire. Au mieux, cela va charger pleinement le téléphone plus lentement, au pire y avoir un risque d’endommagement surtout si c’est un produit de mauvaise qualité et de contrefaçon. Dans tous les cas, lorsqu’il y a nécessité de remplacer un accessoire quel qu’il soit, il faut toujours se procurer la pièce de rechange adéquate auprès du constructeur.

Pour finir, allons sur le terrain de la température. Ces appareils high tech ont souvent un système intégré de refroidissement mécanique, via un ventilateur (téléphone, tablette, ordinateur…). Ils peuvent s’encrasser avec la poussière assez rapidement au bout de quelques semaines ou quelques mois. Dans ce cas, si c’est possible sans démonter l’appareil (ce qui peut rendre une garantie ou une assurance non valide) il faut procéder à un nettoyage en douceur pour enlever la poussière. Par exemple pour un ordinateur, il existe des bombes à air comprimé pour le faire. De plus, toujours sur le thème du refroidissement, il vaut mieux éviter de laisser un appareil en plein soleil, surtout un téléphone ou un ordinateur.

 

Le troisième réflexe : utiliser des protections suffisantes

Nous en avons parlé à plusieurs reprises déjà, mais le choix des accessoires protecteurs est essentiel notamment dans le cas des ordinateurs portables, des tablettes et des smartphones. Malheureusement, on a souvent tendance à privilégier l’aspect purement esthétique d’une protection, comme une coque de smartphone, au détriment de son utilité réelle et de sa qualité. Pourtant, toujours pour reprendre le même exemple, une coque transparente épaisse à bords rembourrés aux quatre coins est certes un peu laide, mais redoutablement efficace pour protéger des petites chutes du quotidien. Tandis que prendre une autre protection fine et jolie pourrait s’avérer totalement inefficace en dehors des considérations simplement esthétiques. Fort heureusement de plus en plus de fabricants savent allier qualité et beauté du produit, spécifiquement à notre époque où il est de plus en plus répandu de personnaliser ses possessions matérielles. Sur ce dernier point et afin de conclure, on peut opter pour des stickers à coller sur le dos des téléphones portables, tablettes et ordinateurs. Nous conseillons de bien vérifier qu’on ne les colle pas sur une sortie d’air, toujours pour une question de refroidissement interne.

Articles récents